Comme un besoin ...

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comme un besoin ...

Message par Paul le Mar 16 Avr - 0:47

Départ pour Montmirail il y a quelques temps.
Ce besoin de se ressourcer, indéniable, il s'y sent obliger, comme pousser par une force invisible. Hanté par cet appel de la forêt.
Cet appel, est certes fort, mais là-bas, tant de personne lui manque : sa mère et Briana, Elles.
Les deux personnes qui comptent le plus dans sa vie.
Il passe des jours à parcourir les bois, faisant connaissance avec chaque arbre sur son passage comme il en a l'habitude. Il s'enfonce encore, puisant sa force et son énergie là où il aime le plus.

Puis un jour, un courrier, une invitation ,un mariage. Il se doit de rentrer pour les accompagner. Et les revoir. Enfin!!
Un mariage des plus ennuyeux mais au moins il est avec ses "Elles".
Ils finissent tous au lac.
Les jours passent et Paul s'ennuie, ayant du mal à trouver sa place, envahi par des pensées qu'il ne connaissait pas ou si peu jusqu'à présent.
Si c'était ça devenir adulte, il allait devoir si faire.

Il repart le cœur serré de les laisser à nouveau. Il ne dit rien à personne mais sa mère le sait, elle se doute, comme toujours. Et puis il reviendrait si elle en avait besoin, elle le savait.
Il n'écrit pas à Briana, trop dur, elle est trop présente. Il doit aller réfléchir, se retrouver seul, méditer, se ressourcer encore.

Le jeune homme se trouve bien dans cette forêt qui est la sienne. Lanterne, couverture, il a tout prévu cette fois.
Il la connait par cœur.
Une forêt dense mais laissant suffisamment d'espace pour la pénétrer, dense mais suffisamment aérée pour laisser passer les rayons de soleil ravivant les tons vert, les vies animales et végétales se soutenant et évoluant au même rythme dans le temps depuis que le printemps est là.
Forêt aux plantes et fleurs étranges, tout semble rempli de magie en ce lieu. Certaines fougères dégagent une lumière bleutée, et attirent au passage de minuscules insectes. La lumière du soleil filtre à travers les arbres et toute la forêt brille d'une lueur mystérieuse et fantastique comme il aime.

Sa respiration est calme, il est serein. Il ne se rend pas compte qu'il marche depuis des heures quand il arrive devant un arbre qu'il n'avait jamais vu avant. Et pourtant, Dieu seul sait que la forêt il l'a arpentée pendant des heures durant.

Cet arbre est grand. Avec un tronc large, de grandes branches et des feuilles abondantes. Il fait le tour et découvre comme une entrée. Il s'y faufile et découvre, émerveillé, un espace à l'intérieur, comme une grotte, comme une caverne. Il pourrait y tenir avec une autre personne, aisément. Il sourit pensant à Briana d'un coup. Comme si ses pensées, finalement, le ramenaient toujours à elle.
Il l’emmènerai ici.

Il y laisse sa lanterne et une couverture, sort et cache l'entrée avec des branchages, comme pour en faire son endroit secret.

Il fait route vers la ville quand il voit un oiseau virevolté au dessus de lui. Tendant le bras, le piaf vient se poser sur son avant bras et Paul prend le parchemin accroché à sa patte. Lui donne quelques graines qu'il a dans sa poche et le laisse repartir.

Expéditeur : Briana.
Date d'envoi : 15/04/1461 - 09:28:03
Titre : D'un billet déposé

Paul,

J'ai ouïe dire que tu étais sur le Mans, qui plus est sur Beaumont. Si proche et pourtant si distant. Dis-moi quand aurai-je une chance de t'y apercevoir ? Profiter un peu de ta présence ?
A moins que tu ne cherches à t'éloigner de moi... Ce que je ne n'espère pas.
Donne-moi un endroit, une heure, ou nous pourrions nous retrouver.

Tu manques, comme toutes ces fois où tu te fais absent.

Affectueusement,
Briana.

Son pas se fait plus pressant en lisant ses mots.
Il n'était pas encore passé la voir en effet. Sa première destination était Le Mans mais finalement il irait au Domaine, là où il était sûr de la trouver.
Arrivé presque à destination, il finit les quelques mètres en courant espérant du plus profond de son cœur qu'elle y soit.

- "BRIAAANNNNAAAA??"

_________________

Paul

Messages : 25
Date d'inscription : 12/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un besoin ...

Message par Briana. le Mer 17 Avr - 10:55

" On a tant besoin que l'on ait besoin de nous... " *
Extrait du titre "Il y a"
J.J Goldamn.



La tête repose, légèrement renversée, en appui contre le haut dossier d'un fauteuil dans lequel elle s'est laissée aller à complète ataraxie. Immobile, paupières clauses, elle jouit d'une absolue quiétude. Pour un peu, on pourrait la croire endormie.

Il fait beau ce jour d'avril. Enfin le printemps semble s'être décidé à prendre le dessus sur l'hiver. Non loin, une fenêtre entrouverte laisse pénétrer un léger courant d'air qui ne se prive pas de venir caresser la moindre parcelle de peau que la jeune femme garde à nu. Sourire qui s'étire, se combinant au bien-être qu'elle ressent. Aux esgourdes, s'invitent les premiers chants des oiseaux, eux qui s'étaient fait si muets durant ces longs mois où le froid avait établi son règne. Beaumont revivait en son entier... Ou presque... Car dans l'atmosphère, difficile parfois, de ne pas sentir le poids du manque, du vide que certains proches avaient laissés derrière eux.
Cruelles absences des âmes à tout jamais disparues.
Éloignement de ceux que l'on voudrait n'avoir jamais vu partir pour ne pas avoir à subir le manque reconnu...


Ce manque, qui vous prend aux tripes, qui les tourne, et retourne, dans tous les sens, les rendant martyr... Il arrive qu'elle aussi le ressente. Les maux sont moindres, certes, que ceux que peut ressentir Karyaan face à l'absence infinie de Bézuto, mais ils sont bels et bien là, surtout lorsque les escapades de Paul durent dans le temps. Paul... ou une pensée pour lui qui vient s'immiscer à son esprit mettant fin à sa tranquillité.
Lui, l'ami, le confident, le frère... Bric à brac des sentiments... Il manque. Tellement, qu'elle croit même l'entendre. Imagination débordante ? Divagation ? Les yeux restés fermés jusqu'alors s'ouvrent sur le jour et tout ce qui l'entoure. Pourtant, elle, cette voix, la sienne, lui semblait si réelle, parvenue au creux de ses oreilles comme portée par la légère brise qui continuait de s'inviter dans la pièce.


Besoin d'en avoir la certitude. La Blonde se lève, prenant appui de ses mains sur les accoudoirs de son fauteuil pour se donner davantage d'élan. Moindre est l'espace qui la tient séparée de la fenêtre et après tout juste trois ou quatre pas, la voilà qui l'ouvre plus grand, scrutant les alentours. En contrebas, le chemin qui partage les jardins, menant à l'entrée de la demeure. Il s'y trouve quelqu'un qui court et qu'elle peine d'abord à distinguer.
Puis de nouveau cette voix qui se fait plus audible, reconnaissable entre toutes.
Il était là... De retour...

Paul, ou le souhait de le revoir qui venait subitement de s'exaucer. Sans attendre, la place qu'elle occupe est laissée à l'abandon. Elle court, elle aussi, quittant la pièce, dévalant les escaliers, sans même avoir à craindre de tomber. Arrivée dehors, gagnant le perron, il est quant à lui arrivé à sa hauteur. C'est bien lui, lui dont elle hurle le prénom :


- Paul ! C'est bien toi ! Tu es de retour...

Affirmation plus qu'une question.
Les Bras s'enroulent autour du cou, pieds quittant le sol, le tout dans l'élan de sa course. C'est en lui sautant dessus qu'elle l'accueille, de nouveaux mots s'insinuant à l'esgourde masculine, d'une voix bien plus douce cette fois :


- Tu m'as manqué... Si tu savais...



Briana.

Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un besoin ...

Message par Paul le Mer 17 Avr - 20:06

" De là que tu pars, où tu reviens chaque fois.. "*
*Extrait du même titre : "Il y a "
JJG


Il termine sa course folle sur le chemin qui le sépare de la bâtisse. Il sent qu'elle est là et ce besoin de la revoir lui donne des ailes. Elle apparaît enfin mais elle disparaît aussitôt. Direction la porte pour aller à sa rencontre. Et la voilà alors qui déboule et lui saute au cou. Ses yeux se ferment alors se délectant de son odeur. Ses bras se serrent autour d'elle la soulevant du sol en tournoyant doucement. Puis il la regarde, l'écoute, frissonne à son murmure, la repose, pieds à terre et lui sourit.

Bien sur que j'suis là. C'est bien moi.


Le blondinet plutôt châtain, la regarde et pose sa main sur sa joue en lui souriant.

Tu m'as manqué aussi tu sais ..


Et il se lance dans ses explications pour qu'elle lui pardonne son absence. Besoin incessant de se ressourcer. Réfléchir à tout ces sentiments qui le traversent en même temps quand il est avec elle. Elle. Il y a quelques temps encore, il la considérait comme sa sœur, la protégeant, la réconfortant, jouant avec elle, la taquinant comme il aime si bien le faire. Ces sentiments là ont évolué. C'est plus fort. Plus intense à chaque regard posé sur elle. Mais il se garde bien de lui dire pour l'instant.
Il a déjà eu des filles pour lui. Il a déjà connu des filles mais ce qu'il avait ressenti avec elles était tout autre. Il n'y avait pas avec elles ce petit picotement au bout des doigts, ce petit frisson qui vous parcours l'échine quand elle apparaît.
Avec Briana, en ce moment c'était ça. Il se contrôlait inconsciemment pour ne pas lui sauter dessus. Elle si douce, si fragile à ses yeux. Elle était différente de toutes les autres. Ce qui faisait qu'il la respectait, contrairement aux autres qu'il avait connu.

Alors dans ces moments là, la forêt devenait encore plus son amie. Et il y était si bien qu'il en oubliait le temps sans le vouloir, mais quoiqu'il faisait, ses pas le ramenaient toujours à elle.

Il la regarde encore puis va l'embrasser sur le front.

Tu as rien d'prévu là? J'aimerais t'montrer quelque chose ma belle.


Prenant sa main dans la sienne et sans attendre une quelconque réponse de sa part, la voilà déjà entraînée dans la forêt. Il marche en la regardant, tout sourire, sa main bien serrée dans la sienne.
Il effleure de son autre main chaque arbre qu'il croise. Sa respiration se fait calme et lente.
Le soleil perce le feuillage des arbres et laisse apparaître un rayon de lumière dans les cheveux longs de son amie. Dieu qu'elle est belle, c'est vrai!!

_________________

Paul

Messages : 25
Date d'inscription : 12/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un besoin ...

Message par Briana. le Sam 20 Avr - 7:36

" Et au milieu coule une rivière. "


La joie est grande au même titre que cette force étrange qui s'empare d'elle. Au point même de ne plus la sentir. Et c'est avec toute cette force, si menue soit-elle qu'elle l'étreint. A deux ils tourbillonnent, et elle rit comme une enfant avant que ses pieds, aussi vite qu'ils ne s'en soient défaits, ne retrouvent la dureté du sol.
Les regards se croisent alors, tandis que les corps s'éloignent sans que les mains, pour autant, ne daignent lâcher prise. Machinalement, les doigts se resserrent un peu plus, palpant leurs homologues.
Un geste fait comme si besoin était de s'assurer qu'elle n'avait pas à faire à un mirage. Mais il le lui a dit ; c'est bien lui qui s'en revient... Pour combien de temps ?
Si souvent, elle l'a vu revenir pour mieux repartir.
La question est là qui se pose en son for intérieur, antre qu'elle ne quittera pas, trop heureuse qu'elle est de le retrouver enfin, et en rien elle n'a envie de l'interrompre dans ces explications qu'il lui donne sur le pourquoi de son absence.

Le blondinet a anticipé assurément la tonne de questions qui n'auraient, sans aucun doute, pas tardé venir agrémenter la discussion. Il la connait, la devine...
Sur un sourire, la main attire qui invite à faire tout juste quelques pas. C'est sur le haut des marches qui mènent à l'entrée de la demeure que la Blonde s'assied, entraînant Paul afin qu'il en fasse autant. Et pendant quelques longues minutes, elle l'écoute, en silence, se contentant d'acquiescer sur quelques signes de tête, car elle comprend très bien ce besoin, inexorable, qu'il a de se retirer comme il le fait. Qui n'en a jamais ressenti le besoin ? Elle même s'est souvent retranchée dernièrement dans ses appartements... S'en remettre à soi-même, à ses seules pensées, ses propres réflexions sans avoir à se laisser influencer par les avis des uns et des autres... quand bien même auraient-ils été bons de les entendre.

A proximité, la forêt, abri, refuge préféré de Paul. Elle sourit, lui qui la connait tant, elle si peu... Rare sont les fois où elle s'y rend seule et quand l'occasion s'y prête, jamais elle ne s'y enfonce trop loin, gardant un oeil sur sa lisière.
La forêt est à elle seule un monde bien particulier qu'elle n'a pas prit le temps de cerner. Lui, à parfaitement su l'apprivoiser.
Silence qui suit les dernières explications, elle sourit au baiser qui se pose sur son front.
Encore une façon qui aura manqué tout autant que celui qui la lui dépose. C'est dire qu'elle avait presque oublié l'effet que ça lui faisait... Ce trouble qui lui donne l'impression de se trouver ailleurs durant d'infimes secondes...

Puis retour à la réalité, lorsqu'une main la force à se lever. Un cri, petit, mais vif est émis. Toujours aussi surprise la jeune MacCord. Elle se laisse entraîner par Paul, se laissant aller à la lubie qui vient de le frapper. Regard baissé un instant, elle pose ses yeux sur chaque marches qu'elle descend, sur le gravier qui craque sous leurs pas... Elle le suit, sans réfléchir, comme elle l'a toujours fait, parce que la confiance qu'elle a en lui est incommensurable.


Quelques minutes plus tard et c'est l'orée du bois qui se dessine. Frontière d'un monde qu'à deux ils ont souvent franchis.
Les pieds s'enfoncent dans le tapis de feuillages. Humide, il calfeutre le bruit de leur progression, rendant presque inaudible celui de leurs pas. Seule trahison rendant perceptible leur intrusion ? Le craquement des branches que leurs mains soulèvent, écartent afin de faciliter leur passage.
Les jambes se lèvent, les dos s'affaissent au fur et à mesure qu'ils pénètrent dans les profondeurs de la forêt.
Une main prisonnière, l'autre oscille, se resserrant tantôt sur les pans de la robe qu'elle porte, tantôt allant trouver appui contre l'écorce des arbres. Durant ce temps, le silence a régné de main de maître, entrecoupé parfois par quelques échanges lorsque, à l'esprit, s'invitaient des souvenirs passés, tels des flashs, provoquant chez l'un ou chez l'autre, besoin de l'évoquer.

Il y avait eu tant de choses vécues, ici, comme ailleurs...
Qu'en serait-il aujourd'hui ? Lui qui n'agissait jamais sans raison avait forcément un but bien précis à atteindre en l'attirant là... Et quelle était cette chose qu'il tenait tant à lui montrer ?
Curiosité à son apogée, la Blonde ne peut se retenir davantage. La question tombe :


- Jusqu'où comptes-tu m'entraîner comme ça ? Et qu'est ce donc que cette chose que tu tiens absolument à me faire voir ?

Attendant de voir sa curiosité assouvie, un bruit... Écoulement et légers clapotis d'une eau presque endormie. Leurs pas ont finis par déboucher sur un sentier plus ou moins marqué au milieu des fougères, qui s'arrête au bord d'un ruisseau.
Visage tourné vers Paul, elle sourit.


-Dis-moi ? Ce ruisseau... On doit le traverser à gué ? Je demande ça, parce que tu ne vas quand même pas me laisser me mouiller les pieds... Hein ?

Invitation à la porter ? Assurément.
Restait à voir maintenant s'il s'y risquerait. A moins qu'il n'y ait un tout autre chemin qu'ils puissent emprunter ?





Briana.

Messages : 8
Date d'inscription : 23/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un besoin ...

Message par Paul le Lun 22 Avr - 22:28

" Un cœur en émoi."

Il sourit. Il l'écoute. Il la regarde. Elle sourit, si belle avec les rayons du soleil qui éclaircissent ses cheveux et les font briller. Paul?!! Arrête et réponds lui bon sang!!
Oui bon oki, lui répondre, elle a dit quoi déjà?!!!
Oui parce que bah il la regarde mais ne suit qu'un mot sur deux, voyez l'truc?!!

Ils avaient bien marché, leurs mains ne s'étant pas lâchées une seconde. Il tourne la tête vers le ruisseau puis la regarde de nouveau.

Non on passe pas par là tu sais, c'est juste un peu plus loin mais pas trop. C'est un endroit que je connaissais même pas. Et pourtant la forêt je la connais n'est ce pas?

Il lui sourit et l'entraina encore à marcher un peu moins vite pour se mettre à son allure pas trop vite. Ils restèrent prés du ruisseau.

Nous irons après, mettre les pieds dans l'eau si tu veux.

Et un sourire malicieux se dessine alors sur les lèvres du jeune homme qui adore l'eau.

Après quelques minutes, ils arrivent enfin au grand arbre.
Paul invite alors Briana à regarder ce majestueux s'élever devant eux. Il enlève les branchages qu'il avait mis devant.
Il entre s'y cacher et attend qu'elle réagisse avant de lui faire signe pour qu'elle entre à son tour.
Lui laissant cette fois-ci découvrir l'intérieur, il lui montre l'écorce brute, comme s'ils touchaient l'âme de cet arbre qui les accueille. L'odeur est agréable, il y fait frais.
Il s’assoit sur la couverture, pliant ses jambes et prenant appui sur ses mains qu'il pose derrière lui.
Il la regarde et se perd à nouveau dans ses pensées.
Ce n'est pas le soleil cette fois mais la lumière qui entre par l'ouverture dans l'arbre qui la rend encore plus belle qu'elle ne l'est déjà.
Paulll?!!!! Pauuuleeeeuuuuh?!!!!
Il secoue la tête et lâche d'un coup dans un éclat de rire nerveux et niais en la regardant :
Dommage y a rien à boire!! La prochaine fois j'y penserai!!

_________________

Paul

Messages : 25
Date d'inscription : 12/06/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un besoin ...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum