Une nuit pas comme les autres

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Mar 18 Sep - 5:59

Elle était toujours à moitié en train de comater.
Elle sentit de l'air quand la porte de la cabane s'ouvrit.
Elle eut un frisson.

Ses yeux restaient fermés.
Elle sentait une présence à ses cotés mais rien à faire ses yeux restaient fermés.
Pourquoi donc? A cause de quoi? Elle n'en savait fichtre rien.

Elle sent qu'il la frôle, elle sent son souffle sur sa peau.
Encore un frisson qui la parcourt.

Elle veut tendre une main vers lui mais elle ne peut toujours pas
Alors elle se tortille dans tous les sens, elle se déhanche crispant ses doigts sur les coussins, bras engourdis, immobilisés.
Elle veut qu'il la touche, elle veut ouvrir les yeux.
Elle veut vivre avec lui un moment inoubliable, ici dans cette cabane.

C'est quoi cette foutue coutume de pas se voir la nuit qui précède le mariage?
Quelle idée elle a eu de proposer ça?!!?

Dans cet état, elle a besoin de lui, de le sentir contre elle.
Après tout ce qu'elle a vécu avant pour lutter contre les autres, elle le veut lui...
Là!! Maintenant!! Tout de suite!!

Elle soupire se battant encore contre les effets de cette pâte mais elle sait que là, elle n'hallucine pas, qu'il est bien là..

Pourquoi ne peut-elle pas le toucher? Pourquoi ne peut-elle pas ouvrir les yeux.

Elle se cambre dans un dernier effort quand ses yeux s'ouvrent pour se refermer la seconde suivante


Viennnnnnnnnnns!!!

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Karyaan le Mar 18 Sep - 7:06

Et voilà que le chasseur entre dans la cabane.
Le gardien rejoignant l'Ombre qui pose une main sur sa joue. Léger sourire de cette dernière. Aucun mot échangé, ils en parleront un autre jour.
Les yeux de brume balayèrent les sous bois et avança à pas lent vers la cabane.
A l'intérieur, les deux protagonistes peuvent alors entendre des bruits de pas tout autour de la cabane. Comme si on les encerclait. Comme si plusieurs personnes étaient présentes, dehors, s'approchant et s'arrêtant.

Silence...

Un instrument retentit alors, ainsi que des voix.
Des voix de femmes. Un chant, un chant dans une langue d'autre fois.

Treize femmes, douze vêtues de blanc, une treizième habillée de noire chantèrent. Des hommes derrière elles, jouant des tambours et autres instruments.

Et le chant est lent.
Le chant est languissant.
Invitant les amants à aller au delà de ce qu'ils sont.
Dieu cornu, Déesse mère nue.
On n'a pas la tradition de s'éviter avant le mariage dans sa culture à la brune.
Bien au contraire.

Et le chant se fait crescendo, de plus en plus puissant.
Litanie enivrante, comme si chaque protagoniste était sous opiacé.
Mantra récurrent, s'enchainant, durant de longues minutes, se transformant en heure.
Infatigable, comme en transe, bras tendus vers le ciel, mains offertes à cette lune noire.
Le Cercle bénissant les deux amants qui sont enjoint à ne faire plus qu'un.

Karyaan
Admin

Messages : 767
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://beaumont-ss.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Guilllaume le Mar 18 Sep - 7:17

Elle ne bougeait pas, il aurait du arriver plus tôt, mais vite, il se rendit compte qu’il s’agissait des effets de l’engourdissement. Alors, elle se cambre et le vagabond la prend dans ses bras, il retire également le masque qu’il porte, ce ne serait pas le temps de lui coller un coup de corne.

Et il la redresse contre lui, assise sur les coussins, il lui murmure à l’oreille doucement :


Je suis là, ne t’inquiètes pas, je m’occupe de toi ..

Et au lieu de répondre à ses attentes, le brun préfère s’asseoir derrière elle et prendre d’abord son bras droit, ankylosé et il la masse avec vigueur, pour réactiver la circulation du sang, elle a les mains froides et attendre que ça revienne tout seul va la faire souffrir, alors, il la masse, d’abord le premier bras puis le second.

Il retient ses envies, il doit d’abord la rassurer.


Voilà, ça doit aller un peu mieux déjà.

Mais il sent qu’elle a chaud, elle est aussi sous l’effet de la pâte. Il la resserre un peu plus contre lui, dans un geste protecteur. Il repense à ce qu’il a fait depuis la grotte. Il a l’impression de flotter, d’être à moitié absent. Il doit retrouver sa Marraine pour lui dire qu’il a réussi. Elle saura lui expliquer son premier échec, elle saura lui faire comprendre l’erreur. Mais pour le moment, il n’a qu’une envie, rester avec celle qu’il aime.

Il ferme les yeux, la serrant toujours et pose son menton sur son épaule avec douceur. Il l’a enfin retrouvé. Même s’il n’aurait pas dû être là, il reste et il veille jusqu’à ce qu’elle reprenne ses esprits, laissant le siens vagabonder. Son passé l’a rattrapé, son passé l’a aidé, il l’a piégé aussi, mais il l’a surtout guidé. Tout comme son présent.

Il se rappelle de la voix qui l’a calmé, il sait qu’il la connait, mais il n’arrive toujours pas à la remettre dans son contexte. Alors, Il ferme les yeux et inspire, il frissonne, il entend alors la mélodie qui s’élève, il s’interroge un instant, mais le son ennivrant lui donne plus envie de répondre aux attentes de sa douce que d’aller vérifier ce qui se passe dehors. Il jettera un coup d’œil plus tard, pour le moment, sa main, posée sur le ventre de la belle, descend sur sa jambe et la caresse avec douceur. L’autre main monte sur son visage et dessine le contour de ses lèvres, un nouveau frisson l’envahit et il sent son corps se contracter lorsque la soie chaude de ses lèvres frôle celle de sa Rousse avant de l’embrasser.

Guilllaume

Messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Mar 18 Sep - 22:57

Sa voix. Cette voix. Si douce à ses oreilles. Elle frissonne. 
Elle n'arrive pas encore à réagir plus que ça. Alors qu'elle sait qu'il est la. 
Elle entend les voix dehors. Elle est calée contre lui. Il la masse. Ses bras retrouvent leur mouvement. Elle se blottit contre lui inspirant expirant profondément. 

Ses yeux restent fermés et elle écoute ce chant envoûtant. Enivrant. Qui vous pénètre l'âme. Qui vous donne envie d'aller plus loin. Qui vous fait vibrer. 

Elle se cambre quand sa main caresse son ventre. Elle ne résiste pas sachant au fond d'elle que c'est bien lui. 

Un frisson la parcourt mais cette fois ci ce frisson est un frisson de désir. D'envie. De plaisir. 
Elle se mord la lèvre quand sa main descend sur sa jambe. Elle se serre alors encore plus contre lui, posant ses mains sur chacune de ses jambes qui l'entourent. Elle plante ses ongles et se cambre encore plus. 

Quand elle sent son souffle un peu plus près d'elle, elle tourne la tête. Et quand ses lèvres touchent enfin les siennes, elle ouvre les yeux prenant une inspiration profonde comme si elle revenait à la vie. À la réalité. 
Le chant dehors se fait plus insistant. 

Le baiser est long. Le baiser est tendre au début, puis plus langoureux ensuite se faisant passionnant dans le temps. 

La tête lui tourne. Ses ongles s'enfoncent dans sa peau. 

Dans un élan de désir, elle se tourne se retrouvant sur lui. Les genoux pliés. Un de chaque côté de lui. 
Ses mains se glissent dans ses cheveux allant de sa nuque jusqu'à son front puis de son front à sa nuque. Ses lèvres goûtent chaque partie de son visage. Sa langue allant jouer parfois dans son cou. 

Elle se redresse. Elle a chaud. Elle a envie de lui comme jamais. 
Elle fixe ses yeux aux siens en tremblant descendant ses mains dans son dos en le griffant.
 

Tu m'as retrouvé. Je n'attendais que toi. Je t'appartiens. Je suis à toi. Rien qu'à toi. Ensemble et toujours.  

Ses mains descendent sur ses reins alors qu'elle murmure à son oreille en lui mordillant. Des mots bien explicites.  
 

Je t'aime. Embrasse- moi. Prends-moi.  

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Guilllaume le Mer 19 Sep - 9:06

Ensemble et Toujours.

Le calme n’avait plus sa place dans la soirée, il céda sa place à la fougue et à la passion. Un cumul d’émotion qui faisait passer le temps, avec plaisir, avec désir. Il n’y avait pas de doute, ces deux là ne faisait qu’un.

La mélopée suivait le rythme de la passion dévorante, ou bien ce fusse inconsciemment l’inverse. Toujours était-il que les vapeurs dans la cabane n’avaient plus la même origine et le peu de vêtements qu’ils portaient il y a quelques minutes furent posés à terre plus loin.

Lorsqu’il n’y eu plus une once d’énergie à dépenser, le couple s’endormit dans les coussins, bien calés dans les bras l’un de l’autre, comme il en avait l’habitude. Ils étaient déjà infatigables et insatiables, mais l’effet de la pâte avait rendu la nuit encore plus passionnante et torride. Au réveil du brun, la pâte n’avait plus l’air de faire effet et il se demandait encore parfois si il n’avait pas rêvé la moitié de sa soirée. Il avait plané comme si il avait fumé des heures durant sans s’arrêter.

Il ne rêva pas le peu de temps où il dormit, trop de choses avaient déjà traversées son esprit durant la soirée, il n’avait plus aucune idée à faire circuler inconsciemment. Ce fut reposant pour lui, le lendemain, serait chargé en émotions.

Comme chaque matin, il s’étira, retournant serrer sa rousse dans ses bras juste après et il l’embrassa sur la joue. Il n’avait aucune idée de l’heure et du lieu dans lequel ils se trouvaient, mais le jour ne semblait pas s’être levé encore, ils pouvaient encore en profiter. Caressant le ventre de sa belle, le vagabond souffla doucement dans son cou.


Je t’aime Mae’ !

Guilllaume

Messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Ven 21 Sep - 5:32

Leur retrouvailles furent intenses et torrides.
Leur désir monta progressivement, le plaisir surgit, la magie opère.
Entre ces deux êtres amoureux, une folle passion resurgit alors, faite de tendresse et de violence, mêlée de passion et de tendresse.
Un amour intense, physique et bouleversant, envoutés par cette musique à l'extérieur.
Ils réinventèrent sans cesse le langage de leur corps et les jeux sensuels dans la douceur et la rage.
Des moments de grâce pure.
Les deux amants se consumèrent d’une passion sans égale.

Vint ensuite un repos bien mérité, dans les bras l'un de l'autre.
Elle frissonna et se réveilla dans ses bras quand elle sentit son souffle dans son cou.

Elle se cala bien contre lui, ouvrant les yeux et tournant la tête vers lui pour poser ses lèvres sur les siennes.

Ce n'était donc pas un rêve!
Mais il va nous falloir rentrer non?

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Karyaan le Ven 21 Sep - 9:53

Non

Les chants s'étaient arrêtés depuis un moment, les accompagnant jusqu'aux prémices de leur sommeil. Ils avaient dormi une paire d'heure et s'étaient réveillés presque naturellement. En fait pas tout à fait.
Parce que dehors, une musique simple et douce.
Comme le chant d'un oiseau au loin, qui vous réveille sans même que vous vous en rendiez compte.

L'Ombre était à l'entrée de la cabane et à son mot prononcé, la musique s'intensifia légèrement, se faisant plus audible, plus claire, berçant le moment, rendant l'atmosphère comme dans un rêve simple et serein.

Derrière elle, six femmes masquées, vêtues de blanc passèrent comme des fantômes et s'approchèrent du couple. Et tout s'emballa.
Trois d'entre elles prirent Maelia par les mains, la levèrent.
Les trois autres firent de même avec Guillaume.
Avec des tissus imbibés d'eau chaude et parfumé à la lavande, elles les lavèrent, les débarrassant des impuretés. Aucun geste déplacés, aucune impudeur, gestes rapides et surs, gestes tendres et délicats. En à peine quelques minutes, voilà le couple propre et vêtue tous deux d'une robe d'un blanc pur.

Les six femmes se retirèrent alors et laissèrent l'Ombre face aux deux amants. Dehors, on entend toujours la musique et les pas des femmes se joignant aux autres, formant un cercle fermé autour de la cabane.

L'Ombre s'approcha alors, vêtue de noir, délicatement, elle positionna l'un et l'autre face à face. Prenant à chacun d'eux une main, elle les fit se joindre et délicatement, elle les lia avec une branche de lierre souple.
Puis, elle les regarda l'un et l'autre. Sortant alors un bâton en bois d'aulne. Elle murmura, comme si elle leur confiait un secret à tous deux.


L’unité est équilibre, et l’équilibre est unité.
Cette baguette que je tiens symbolise l’air.
Sachez et rappelez-vous que c’est un élément de Vie, d’intelligence et de l’inspiration intérieure.
Par cette baguette d’air nous conférons à votre union le pouvoir de la pensée.


Décrivant un cercle autour d'eux, elle rangea le petit bout de bâton et dégaina le fauchon qu'elle porte à sa ceinture.

Cette épée que je tiens symbolise le feu.
Sachez et rappelez-vous que par l’élément de lumière, d’énergie et de vigueur qui coule en vos veines et par cette épée flamboyante, nous conférons à votre union le pouvoir de la volonté.


Donnant la lame à Guillaume pour qu'il la tienne de sa main libre. Puis, derrière elle, une femme vêtue de blanc toujours, lui tendit un verre en étain.

Ce calice que je tiens symbolise l’eau.
Sachez et rappelez-vous que c’est l’élément de l’amour, de la croissance et de la fertilité de la Grande Mère.
Par ce calice d’eau, nous conférons à votre union le pouvoir du désir.


C'est à la rousse que le récipient revint. Elle glissa ses doigts sous sa tunique noir et retira le médaillon qu'elle porte toujours caché, à même sa peau.

Ce pentacle que je tiens symbolise la terre.
Sachez et rappelez-vous que c’est l’élément de la loi, de l’endurance et de la compréhension inébranlable.
Par ce pentacle de terre, nous conférons à votre union le pouvoir de la stabilité.


Puis, reportant son attention sur la Rousse, noyant la brume dans ses émeraudes.

Répète après moi...

Par semence et par racines,
par branches et bourgeons,
par feuilles,
fleurs et fruits,
par la vie et l’amour,
au nom de la Déesse,
Moi, Maelia,
je te prend,
Guillaume,
dans ma main,
mon cœur et mon esprit,
au coucher du soleil et au lever des étoiles.
La mort ne nous séparera pas, car à la plénitude du temps nous renaîtrons à nouveau au même lieu et à la même époque.
Nous nous rencontrerons, saurons, nous rappellerons et aimerons de nouveau.


Elle se tut alors, et attendit, ne quittant pas son amie des yeux.

Karyaan
Admin

Messages : 767
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://beaumont-ss.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Ven 21 Sep - 22:57

Pas le temps d'avoir une réponse, qu'elle tourna la tête vers la porte de la cabane et y vit entrer quelqu'un.

Une musique dehors, mais cette fois-ci différente de la première.
Elle l'entendit parfaitement quand l'ombre s'approcha d'eux.
Elle voulut se cacher instinctivement, ne voulant se montrer nue, mais pas le temps.

Tout s'enchaina très vite.
Elle fut levée par trois femmes qu'elle ne connaissait pas.
Elle tourna la tête et regarde Guillaume partir de son coté avec trois femmes aussi.
Elle n'arrivait à sortir aucun son, juste se laisser porter et les laisser faire sans broncher.
Elle sentait bon, elle se sentait bien dans la robe qu'on lui avait enfilée.

Puis elle se retrouva en face de lui, ne comprenant pas trop..quoique.. elle commençait à avoir une idée et un sourire se dessina sur son visage plongeant ses yeux dans ceux de son brun pour le rassurer.

Elle ne se fit pas prier pour croiser ses doigts aux siens quand leurs mains furent liées.

Son regard se baladait de son brun, à l'ombre brune, de l'ombre brune à son brun, buvant les paroles, scrutant les moindres mouvements, les moindres gestes.

elle prit le récipient de sa main libre puis l'écouta attentivement regardant le médaillon qu'elle sortit.
Est-ce ce médaillon là qu'elle gardait tout le temps caché?

Elle n'eut pas besoin de répéter les paroles deux fois pour qu'elle s'en souvienne.
Elle posa alors son regard dans celui de son brun, serrant un peu plus ses doigts aux siens.

Ils allaient être liés selon la coutume de leur amie.
Elle sourit et répéta mot pour mot ses yeux alors remplis d'émotion


Par semence et par racines,
par branches et bourgeons,
par feuilles,
fleurs et fruits,
par la vie et l’amour,
au nom de la Déesse,
Moi, Maelia,
je te prend,
Guillaume,
dans ma main,
mon cœur et mon esprit,
au coucher du soleil et au lever des étoiles.
La mort ne nous séparera pas, car à la plénitude du temps nous renaîtrons à nouveau au même lieu et à la même époque.
Nous nous rencontrerons, saurons, nous rappellerons et aimerons de nouveau.


Elle tremblait un peu en disant ses mots, elle ne lâcha pas son regard...attendant la suite avec impatience..

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Karyaan le Sam 22 Sep - 23:32

Léger sourire en coin quand la rousse prononça les mots.
L'Ombre se tourna vers Guillaume. Les chants dehors continuaient leur litanie, accompagnant le couple dans cet échange puissant et particulier.


Répète après à ton tour...

Par semence et par racines,
par branches et bourgeons,
par feuilles,
fleurs et fruits,
par la vie et l’amour,
au nom de la Déesse,
Moi, Guillaume,
je te prend,
Maelia,
dans ma main,
mon cœur et mon esprit,
au coucher du soleil et au lever des étoiles.
La mort ne nous séparera pas, car à la plénitude du temps nous renaîtrons à nouveau au même lieu et à la même époque.
Nous nous rencontrerons, saurons, nous rappellerons et aimerons de nouveau.


Dernière édition par Karyaan le Dim 23 Sep - 2:52, édité 1 fois

Karyaan
Admin

Messages : 767
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://beaumont-ss.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Guilllaume le Dim 23 Sep - 2:26

Non

La même voix qui lui avait remonté les bretelles plus tôt dans la soirée, nuit, peu importe, le coupa dans sa pensée du plaisir qui montait d’entendre sa rousse l’épouser pour l’éternité. Il inspira et avec son temps de réaction, un peu lent parfois, il reconnu enfin la voix. Sa Marraine.

Ce mot, cette intonation résonnèrent dans sa tête un moment avant qu’il ne puisse répondre. Il était encore sous le coup de l’envoutement du temps passé avec sa Rousse et il n’eu que le temps d’ouvrir la bouche qu’il était débout, nettoyé, changé et la main bien calée dans celle de sa Douceur.

Il écouta attentivement, comme si d’un coup, on venait de le réveiller avec un liquide fort. Il avait tous ses sens en éveil et serra un peu la main de sa rousse dans la sienne. Le discours de la brune fut fait et il se retrouva avec une épée dans la main. Chose qu’il ne savait comment tenir, n’utilisant pas d’épée au quotidien et n’ayant jamais eu les moyens de s’en acheter une. Il n’en avait pas besoin, sa canne faisait l’affaire de toute façon.

Il avait le regard planté dans celui de sa compagne et un sourire se forma sur son visage. Ce fût son tour à elle de parler et il comprit. Son sourire s’élargit un peu plus encore et il l’écouta, buvant ses parole, l’arme à la main qu’il serrait de plus en plus fort tellement l’émotion était à son comble. Il serra encore sa main et il observa sa Marraine, c’était son tour à lui. Il en frissonnait, il en tremblait, son esprit vagabondait au loin, il avait l’impression de planer ailleurs que dans le monde réel, il n’existait plus que sa Rousse et sa marraine.

Il inspira et il entendit la musique dehors, il cligna des yeux et replongea son regard dans celui de sa Douce. Il ouvrit la bouche, passa la langue sur ses lèvres rapidement et répêta les mots qu’il venait d’entendre trois fois, dont une qui lui avait remué les entrailles.


Par semence et par racines,
par branches et bourgeons,
par feuilles,
fleurs et fruits,
par la vie et l’amour,
au nom de la Déesse,
Moi, Guillaume,
je te prend,
Maelia,
dans ma main,
mon cœur et mon esprit,
au coucher du soleil et au lever des étoiles.
La mort ne nous séparera pas, car à la plénitude du temps nous renaîtrons à nouveau au même lieu et à la même époque.
Nous nous rencontrerons, saurons, nous rappellerons et aimerons de nouveau.

Je t'aime .. et je t'aimerai toujours.


Et il la fixa encore, sans interuption, sans même cligner des yeux, il ne pouvait pas, elle l’envoutait.

Guilllaume

Messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Karyaan le Dim 23 Sep - 3:41

L'Ombre écouta son filleul et lui sourit simplement.
Posant une main sur chacune de leur tête, pouce au milieu de leur front. Geste doux, geste tendre, elle leur sourit, rassurante. Puis regardant chacun d'eux, elle prononça ces mots, alors qu'au dehors, la musique venait de s'arrêter, comme si le monde était en suspend.


Que le soleil,
la lune, les étoiles
Et ces frères et sœurs témoignent
Que Maelia et Guillaume ont été liés
Sous le regard du Dieu et de la Déesse.
Puissent le Dieu et la Déesse les bénir
Comme nous le faisons nous-même.
Ainsi soit fait!


Elle leur caressa le visage et sans un mot les enjoignirent de la suivre. Sortant alors de la cabane. Dès qu'ils apparurent une musique s'entama dans un mouvement de liesse.
Le Cercle formé par les femmes vêtues de blanc et masqués, se referma, les accompagnant dans leur avancé. Elles leur jetèrent alors des pétales de milles et unes fleurs, dansant autour d'eux. Le Cercle en mouvement. Seule l'Ombre noire ne bougeait pas, restant immobile, leur faisant face, un sourire aux lèvres.
Les hommes en retrait jouaient des instruments de musique, grelots, flutes, et tambour. Quand le chant se fini, le tambour retentit à plusieurs reprises.
Le Cercle se referma correctement autour du couple et l'Ombre en faisait parti.
Restant immobiles une musique déjà connue retentit.
Aux premières paroles chantées, toutes les femmes levèrent les bras, mains tournées vers la lune regard ancré vers celle-ci.
Le chant se faisant crescendo.
C'est alors que dans un même élan, elles plièrent tous un genou, et le posèrent au sol. Reportant leur regard sur le couple, chantant de plus belle, tendant leur bras vers eux.
Elles se levèrent d'un mouvement synchrone et s'approchèrent d'eux.
Les treize, à moins d'un mètre d'eux, relevèrent les bras vers leur lune comme en transe, certaines, les yeux fermés, tremblant légèrement.
Et la musique redouble encore et les mains s'abaissent et se posent sur le couple. Seules celles de l'Ombre se posent sur leur visage et leur sourit à la dernière parole prononcé avant que la musique ne s'arrête brusquement.

Silence et murmure de tous les présents.


Ainsi soit fait !
Soyez bénis


Ils n'attendirent aucune réponse et tous s'écartèrent d'eux et disparurent dans la forêt les entourant.
Tous, sauf l'Ombre et une autre silhouette restée en retrait près d'un arbre.

Karyaan
Admin

Messages : 767
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://beaumont-ss.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Mer 26 Sep - 3:57

Et il répéta les mots, les mêmes qu'elle mais il rajouta une phrase qui la fit frisonner.
Ses mains se serrèrent un peu plus dans les siennes, un sourire se dessinant sur ses lèvres.
Puis la musique s'arrêta et elle sentit la main de l'ombre sur elle.
Elle détourna un instant son regard de son brun pour se poser sur elle, l'écouta sur quelques mots puis reporta son attention sur l'homme de sa vie le temps qu'elle finisse.

La main de l'ombre frôla ensuite leur visage puis ils la suivirent dehors.
La musique se fit de nouveau entendre.
Maelia en avait des frissons, restant tout près de Guillaume qu'elle ne voulait plus quitter.
Des femmes tout autour d'eux, qui dansaient, puis des pétales, et cette musique qui envoute.
Son cœur se serra, ses doigts dans ceux de son brun aussi, ses yeux se fermèrent un instant.
Puis son regard se balada de partout, ne loupant rien de ce qui se passait.
Toute cette cérémonie rien que pour eux.
Sur qu'elle resterait à jamais gravée dans sa mémoire celle-là.
Maelia se tourna pour voir les femmes qui dansaient aussi derrière elle.
Elles étaient partout.
La cadence était telle qu'on avait l'impression qu'il y en avait partout.

Puis elle se retrouve face à lui, encerclée avec lui ..et elle.
Soudain des bras et mains tendus vers eux, puis celles de la brune sur leur visage. La rousse répondit d’ailleurs à son sourire.
Et le silence avec au bout de ce silence des murmures qui la font encore plus frissonner et fermer les yeux se rapprochant encore plus de son brun se blottissant dans ses bras.
Elle est alors prise d'un vertige passager.

Quand elle ouvrit les yeux de nouveau, il n'y avait plus que eux, elle.
Elle ne vit pas la silhouette près de l'arbre.

Elle ancra son regard dans celui de son brun et l'embrassa au coin des lèvres posant une main sur une de ses joues :

Je t'aime Guillaume

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Guilllaume le Ven 28 Sep - 3:48

La cérémonie l’avait mit dans un état secondaire. Il savait qu’il y avait du monde, mais il ne portait attention qu’à la Rousse et à sa Marraine. Ils étaient liés l’un et l’autre et ce, pour toujours. La transe qui l’envahissait allait de plus en plus fort. Il ne lâchait plus sa Rousse qui ne le lâchait plus non plus. Ils étaient unis dans sa religion a elle et ils avaient du prouver leur amour mutuel pour en arriver là.

Puis, tout le monde partit, tout le monde sauf la belle et l’ombre. Il sentait encore cette présence, la même qu’il avait senti au début de l’aventure, lorsqu’il était arrivé ici. Il ne savait pas où il se trouvait, mais il était là, surveillant, bienveillant. Il le remercierait plus tard le vagabond, pour l’instant, il savourait juste l’instant, entouré de celles qu’il aime.


Je t’aime ma Tornade !

Sa Rousse l’embrassa au coin des lèvres et il frissonna, le coeur battant la chamade. Il lui sourit avec tendresse et reporta son attention sur sa Marraine qui était là. Elle était toujours là, pour tout, quoi qu’il arrive. Il lui sourit et haussa un sourcil interrogateur, attendant la suite des événements improbables qu’ils vivaient depuis le début de la soirée.

Guilllaume

Messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Karyaan le Ven 28 Sep - 11:59

Le silence avait repris ses droits.
Elle leva un bref instant les yeux pour voir où en était la course de la lune. Au final, il n'était pas si tard que ça.
Elle s'assit alors à même le sol, invitant le couple à faire de même.
Attendant qu'ils s'installent, l'ombre contre l'arbre s'accroupit également.


Vous avez compris que vous êtes dans mon monde. C'est l'unique présent que je pouvais vous faire et qui est à mes yeux la chose la plus précieuse que je pouvais vous donner.

Elle leur sourit simplement, puis reprit toujours sur le même ton, tranquille, parlant doucement, murmurant presque.

Mon monde est dual. Tout est composé de deux facettes et rien ne peut avancer s'il n'est pas complet. Le tout, est de trouver un équilibre, une stabilité. Tout a une logique, tout a une cause qui mène à des conséquences pour accomplir quelque chose. Rien arrive sans raison.
Et le plus difficile, souvent, c'est de l'accepter et de laisser les choses se faire.


Un voile assombrit quelques secondes son visage diaphane. Parce qu'il y a des choses qui sont plus difficiles que d'autres à accepter, à supporter. Et que se dire que si elles arrivent, ce n'est pas sans raison. Pour ces choses là, cela requière un lâché prise proche de l'annihilation de toute volonté et tout espoir.
Inspirant profondément, elle reprit.


Ma mère me racontait souvent une histoire que vous connaissez peut-être.

Bref silence, elle continua alors.

Un enfant alla voir son grand-père pour lui raconter ses déboires.
Le vieux lui dit alors...

"Il m'arrive aussi, parfois, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et surtout qui n’expriment aucun regret. Mais la haine m'épuise, et à bien y penser ne blesse pas celui qui s’est mal conduit envers moi.
C'est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure.
J'ai souvent combattu ce sentiment, car j’ai appris que la bataille entre deux frères, comme à l’intérieur d’une même nation, est toujours une bataille entre deux loups à l’intérieur de soi.

Le premier est bon et ne fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l'entoure et ne s'offense pas lorsqu'il n'y a pas lieu de s'offenser. Il combat uniquement lorsque c'est juste de le faire, et il le fait de manière juste.

Mais l'autre loup, hum…. celui-là est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage. Il se bat contre n'importe qui, tout le temps et sans raison. Il est incapable de penser parce que sa colère et sa haine prennent toute la place. Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien.

Et je peux t’avouer, petit homme, qu’il m’est encore parfois difficile de vivre avec ces deux loups à l'intérieur de moi, parce que tous deux veulent avoir le dessus."

Le petit-fils regarde alors attentivement et longuement son grand-père dans les yeux et demande :

" Et lequel des deux loups va gagner, grand-père ?"

Le grand-père sourit et répond simplement...


La brune se leva, et l'ombre derrière elle également. La silhouette s'approcha. Paul sortant de la nuit et tendit la main à Maelia pour l'aider à se relever tout en finissant la phrase de la brune.

"Celui que je nourris"

La brune tendit alors la main à Guillaume. Il était apparemment temps pour eux de se séparer à nouveau. Et les deux ne leur laissaient pas vraiment le choix.
La brune emmenant le brun d'un coté. Paul emmenant la rousse de l'autre. Ils s'arrêtèrent néanmoins un bref instant pour leur permettre une dernière étreinte et reprirent la route chacun de leur coté, en silence.

Karyaan
Admin

Messages : 767
Date d'inscription : 28/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur http://beaumont-ss.forumgratuit.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Guilllaume le Sam 29 Sep - 1:43

Toujours les yeux rivés sur sa rousse, le vagabond était aux anges, ainsi lorsque la brune l’invita à s’asseoir, il le fit sans même réfléchir. Il se posa, les jambes écartées, pour pouvoir laisser la possibilité à sa Douce de se placer devant lui.

Et puis, il écoutait, elle expliquait la base de sa croyance, il était attentif. Il pensa alors aux facettes qu’ils représentaient sa belle et lui. Il sourit de plus belle, serrant sa main dans la sienne, laissant échapper un petit soupire de bien être.

Son cœur battait encore rapidement, mais il se clamait en écoutant Karyaan raconter son histoire. Avant qu’elle l’eu fini, il murmura entre ses lèvres la réponse qu’il connaissait.


Celui que tu nourris.

Alors, il repensa à ce combat qu’il avait mené avant de retrouver sa rousse et il soupira doucement. Ce qu’il pouvait être stupide parfois, trop impulsif dans ses réactions, colérique. Il le savait, elle le savait aussi sa Rousse, tout n’était pas toujours rose entre eux. Mais ça avait son charme, on faisait avec le caractère de chacun. Tant que cela se savourait avec modération.

La fin de l’histoire arriva, le brun était plongé dans ses pensées et n’avait pas écouté plus que ça au final. Il sursauta lorsque la voix de Paul se fit entendre. Il grimaça une seconde, espérant du fond du cœur ne pas lui avoir fait trop mal. Il savait que ses paroles avaient eu un impact fort sur le dénouement de la soirée, mais les coups donnés avaient dus faire mal aussi.

Sa Marraine lui tendit la main et c’est à contre cœur qu’il se sépara de sa Rousse, il en frissonnait de devoir la laisser, de penser au lendemain, à ce mariage devant le Créateur, celui qui les lierait devant témoins et dans les registres. Ce soir, ils s’étaient unis l’un à l’autre, passant au delà de la croyance de chacun. L’amour évident qu’il y avait entre ces deux là passait au dessus de n’importe quelle religion ou façon de penser.

Une dernière fois avant le jour J, le brun serra Mae’ dans ses bras, il l’embrassa avec tendresse avant de suivre sa Marraine. La nuit allait être courte et agitée. Après l’émotion ressentie cette nuit là, et l’angoisse à venir, le brun sourit et lui murmura à l’oreille.


Bonne nuit Vicomtesse de mon cœur, je t’aime .. A demain.

Et il suivit sa Marraine qui l’entrainait déjà. Voyant Paul faire de même avec la Rousse.

Guilllaume

Messages : 19
Date d'inscription : 13/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Maelia D'Vlaanderen le Mer 3 Oct - 4:49

Elle ne se fit pas prier pour s'asseoir entre ses jambes, passant ses bras autour d'elle, mettant ses mains à lui sur son ventre à elle..
Elle se serra contre lui, face à Karyaan qu'elle écouta.
Des bouts de phrase arrivant jusque ses oreilles simplement.
Elle la regardait, en train de parler. Elle aimait la voir aussi convaincu par ce qu'elle disait.
Elle aimait ce qu'elle dégageait quand elle faisait part de chose dont elle ne pouvait pas parler à beaucoup.
La brune était autre dans son monde, dans ses croyances. La Rousse aimait ça..
Elle avait surement été attirée par elle à cause de son coté mystérieux.
Elles en parlaient que rarement ensemble.
Puis il y avait cette fois, cette première fois. Un monde différent, mais tellement plus simple peut être.
Sa tête se posait sur le torse de son brun, un peu sur le coté au creux de son cou.
Toujours les yeux rivés vers elle, elle buvait ses paroles.
Cette histoire. Deux facettes en chacun de nous donc!!
Hm.. Elle sourit.
Tournant légèrement la tête pour embrasser son brun du bout des lèvres avant de se lever en prenant la main de Paul qui les avait alors rejoint.
Elle frissonna quand elle quitta les jambes de son brun, elle y était au chaud et cela voulait dire qu'il fallait qu'ils se quittent pour le reste de la nuit pour mieux se retrouver le lendemain.
Ils n'étaient même pas encore séparés qu'elle avait déjà hâte d'être avec lui dans quelques heures.

Elle lâcha la main de Paul qui lui permit de se blottir dans les bras de cet homme à qui elle allait s'unir une nouvelle fois plus officiellement cette fois..Elle l'était déjà dans son cœur, dans son âme car cette nuit avait été spéciale. Elle lui offrit ses lèvres, soupirant contre lui en passant ses mains dans ses cheveux comme elle aimait tant le faire.
Puis elle le regarda posant une main sur chacune de ses joues.
Elle frissonna à ses mots posant un doigt sur ses lèvres elle lui murmura :
Vivement demain mon amour, je t'aime tellement..

Elle se retourna à contre cœur tendant de nouveau sa main à Paul.
Avant de partir chacun de leur coté, Maelia en profita pour poser une main sur l'épaule de Karyaan.

Merci, merci pour ce cadeau. Il est inestimable et si précieux.
Elle inclina la tête en souriant avant que Paul ne l'entraîne.

Maelia D'Vlaanderen

Messages : 19
Date d'inscription : 18/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nuit pas comme les autres

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum